Qui sommes-nous ?

Le REV, Réflexions en Vulvologie, groupe thématique de la Société Française de Dermatologie, a été créé en 2009.
Actuellement, le groupe est composé de 45 médecins dermatologues et de 9 médecins non dermatologues (gynécologues, anatomo-pathologistes, psychiatres…). Il est aussi ouvert à d'autres professionel(le)s de santé (kinésithérapeutes, sages-femmes, psychologues).


Le REV a plusieurs objectifs :

  • Etablir un réseau français multidisciplinaire de spécialistes en pathologie vulvaire
  • Contribuer à la formation en pathologie vulvaire des médecins et des paramédicaux
  • Elaborer et diffuser des recommandations pour le diagnostic et le traitement des maladies de la vulve, telles que le lichen scléreux
  • Réaliser des études de recherche clinique multicentriques ainsi que des essais thérapeutiques
  • Informer le grand public sur la pathologie vulvaire via le site internet grand public de la Société Française de Dermatologie, dermato-info.fr.

 

Vous trouverez sur ce site :

    • L’annuaire des membres du REV
    • Les dates des principaux congrès et événements concernant la pathologie vulvaire
    • Les protocoles et études en cours menés par le REV
    • Des publications intéressantes

     

  • Nous espérons que vous serez nombreux à visiter notre site et que vous contribuerez, par vos remarques et suggestions, à le faire vivre et à l’enrichir.

    Micheline Moyal-Barracco, présidente
    Sandra Ly, secrétaire générale
    Anna Lévy- Bencheton et Charlotte Fite, responsables du site internet 

 

Lire la suite

Bureau et Conseil scientifique

Composition du bureau

Micheline Moyal-Barracco, présidente (dermatologue)
Sandra Ly, secrétaire (dermatologue)
Charlotte Fite, trésorier (dermatologue)
Françoise Luquet-Plantier, vice-présidente (dermatologue, anatomo-pathologiste)

Conseil scientifique

Sophie Berville-Lévy (gynécologue)
Marie Beylot-Barry (dermatologue)
Pascal Joly (dermatologue)
Nicolas Dupin (dermatologue)
Roman Rouzier (gynécologue)
Isabelle Bourgault-Villada (dermatologue)

 

Webmaster

 

Charlotte Fite (dermatologue)

Anna Levy-Bencheton (dermatologue) 

Lire la suite

Etude en cours

ETUDE VESTIBULODYNIES - TOXINE BOTULIQUE 

 

RESUME/SYNOPSIS

 

Les vestibulodynies représentent un motif de consultation fréquent en Dermatologie et en Gynécologie. Ce tableau clinique affecte particulièrement les femmes jeunes sexuellement actives. Il s’agit d’une allodynie du vestibule vulvaire responsable d’une dyspareunie d’intromission et d’inconfort au contact de vêtements serrés, à l’insertion de tampons ou lors d’examens gynécologiques. Une étude suédoise estime la prévalence de cette affection à 13 % entre 20 et 29 ans. Parmi les hypothèses physiopathologiques  (inflammation, abaissement du seuil de la douleur), le rôle d’une hyperactivité des muscles bulbo-spongieux peut être envisagée en raison de son rôle sur la jonction neuromusculaire. L’injection  de toxine botulique est actuellement indiquée  dans les spasmes musculaires tels que le blépharospasme, le torticolis spasmodique ou la crampe de l’écrivain. En Dermatologie, elle est utilisée pour traiter les rides et l’hyperhidrose. Si l’efficacité de la toxine botulique était démontrée, celle-ci pourrait être proposée en deuxième intention chez des patientes présentant une dyspareunie sévère au point ,parfois, d’empêcher tout rapport sexuel.

 

Objectif principal : Montrer l’efficacité de la Toxine botulique dans le traitement de la douleur des vestibulodynies.

 

Matériels et méthodes :

- Il s’agit d’une étude pilote multicentrique, prospective, randomisée, réalisée en double aveugle.

- Deux groupes de 33 patientes seront constitués : un groupe de 33 patientes qui seront traitées avec de la toxine botulique; les patientes de l’autre groupe recevront le placebo.

- Un bilan pré-inclusion sera réalisé dans le but d’éliminer un diagnostic différentiel (I.S.T, pathologie neurologique ou syndrome compressif) ou de rechercher un facteur de risque de cette pathologie. Ce bilan comportera 2 temps : 1. Des examens biologiques comportant : prélèvement vaginal bactériologique et mycologique, PCR Chlamydia urines, sérologies HIV, HB, TPHA-VDRL. 2. Des examens radiologiques et électrophysiologiques comportant : IRM pelvienne, cérébrale et de la moelle épinière, EMG périnéal. Un test de grossesse sera également réalisé pour toutes les patientes.

- Une consultation psychologique sera effectuée avant l’inclusion si l’investigateur le juge nécessaire..

- Le groupe traité recevra 50 unités de toxine botulique de type A dans les muscles du périnée de façon bilatérale, soit au total 100 unités. Le groupe placebo recevra 2 injections de sérum physiologique dans les mêmes localisations vulvaires. Les injections, réalisées sous contrôle électromyographique, seront accompagnées d’une analgésie par MEOPA (Kalinox®).

- Si les douleurs persistent à 3 mois mais sont améliorées d’au moins 50 % par rapport aux premières injections, une seconde série d’injections sera réalisée.

 

Critères d’inclusion : Patientes âgées de 18 à 60 ans, présentant une vestibulodynie (Classification ISSVD 2006) dyspareunie d’intromission, douleur reproduite lors de l’application d’un stimulus  habituellement non algogène (pression légère avec un coton tige), réfractaires aux thérapeutiques habituelles (antidépresseurs tricycliques, et/ou benzodiazépines aux doses antalgiques, kinésithérapie à type de biofeedback), absence de traitement antalgique actuel, patiente dont la compréhension de l’étude et l’adhésion prévisible à l’essai sont bonnes, fiche d’information remise et expliquée au patient et consentement éclairé signé.

 

Critères de non inclusion : Mauvaise observance prévisible ou personnes n’étant pas en mesure de comprendre les modalités d’application du traitement, femmes enceintes ou allaitantes, les personnes traitées par aminosides, les patientes souffrant d’une myasthénie, les personnes protégées (en particulier majeurs sous tutelle).

       

Paramètres étudiés : Evaluation de la douleur par échelle visuelle analogique à J0, M3, M6  après chaque injection. Une évaluation de la qualité de vie par un index adapté (DLQI) sera effectuée à J0, M3 et M6 après chaque injection. Une évaluation de la fonction sexuelle (FSFI) sera effectuée avant et après les injections de toxine botulique et à M3 et M6.

 

Calendrier : Visite de pré-inclusion avant signature du consentement : examen clinique puis réalisation des examens paracliniques.

 

Deux centres sont ouverts :

- à Paris, Hôpital Tenon, Dr Delphine Verollet dans le service du Pr Amarenco. Tel : 01 56 01 70 40

- à Besançon, Hôpital Jean Minjoz, Dr Fabien Pelletier dans le service du Pr Humbert. Tel : 03 81 21 80 60

 

Lire la suite
Site mis à jour le 26/11/2016