Chargement...

Chargement...

Recherche en dermatologie : Travaux en cours : Projets de recherche financés par la SFD

PHYSIOPATHOLOGIE DU SYNDROME DE DORFMAN-CHANARIN : RECHERCHE DES PARTENAIRES PROTEIQUES EPIDERMIQUES D’ABHD5

Porteur du projet : Caux Frédéric Frédéric
Unité / service porteur projet : INSERM UMR 1125 - Faculté de Médecine SMBH – Université Paris 13
Mail du porteur projet : frederic.caux@avc.aphp.fr
Résumé :

Le syndrome de Dorfman-Chanarin, maladie de surcharge à lipides neutres associée à une érythrodermie ichtyosiforme, est lié à des mutations du gène ABHD5. La protéine ABHD5 a la capacité de lier la lipase ATGL qui hydrolyse les triglycérides en diglycérides. Si la surcharge lipidique observée chez les patients s’explique par la perte de fonction d’activation de la lipase ATGL, les mécanismes de l’ichtyose ne sont pas clairs. Les seules données de la littérature concernent deux patients chez lesquels une diminution de certains céramides épidermiques a été mise en évidence. Nous avons récemment identifié plusieurs transcrits alternatifs d’ABHD5 et avons des résultats expérimentaux suggérant que ces transcrits alternatifs sont traduits en isoformes protéiques. Nous avons fait l’hypothèse que ces isoformes pourraient être responsables de l’ichtyose mais nous n’avons pas encore réussi à confirmer leur existence par protéomique. Nous voulons adopter une autre approche en recherchant les partenaires protéiques épidermiques d’ABHD5 et de ses isoformes par la technique de double hybride. Nous confirmerons l’interaction d’ABHD5 et de ses partenaires protéiques par co-immunoprécipitation. Enfin, nous validerons la validité de ces interactions in vivo par des essais de ligature de proximité et localiserons précisément ces interactions dans les différentes couches de l’épiderme humain. Ce travail permettra de déterminer les partenaires protéiques épidermiques d’ABHD5 et de ses isoformes et apportera des données nouvelles sur la physiopathologie de l’ichtyose du syndrome de Dorfman-Chanarin. Il pourra également déboucher sur la mise à jour d’un réseau entre les différentes protéines épidermiques mutées dans les ichtyoses d’origine génétique.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ETUDE DU ROLE PHYSIOPATHOLOGIQUE DE PNPLA1 (PATATIN-LIKE PHOSPHOLIPASE DOMAIN-CONTAINING PROTEIN 1) DANS LES ICHTYOSES CONGENITALES AUTOSOMIQUES RECESSIVES (ARCI) à L’AIDE D’UN MODELE D’EPIDERME HUMAIN RECONSTRUIT.

Porteur du projet : MAZEREEUW-HAUTIER Juliette
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, CHU Larrey, Pr PAUL
Mail du porteur projet : maella.severino@hotmail.fr
Résumé :

Etude du rôle physiopathologique de PNPLA1 (Patatin-like phospholipase domain-containing protein 1) dans les ichtyoses congénitales autosomiques récessives (ARCI) à l’aide d’un modèle d’épiderme humain reconstruit. Introduction: Les ichtyoses congénitales autosomiques récessives (ARCI) sont des maladies rares, sévères et invalidantes, caractérisées par la présence de squames généralisées. Ce sont des maladies monogéniques dues à des mutations de gènes impliqués dans l’élaboration de la fonction barrière. Le gène PNPLA1 a été récemment identifié comme responsable d’ARCI. Les 9 membres de la famille PNPLA (Patatin-like phospholipase domain containing proteins) jouent probablement un rôle clé dans le métabolisme lipidique. PNPLA1 est le moins bien connu. L’objectif de mon stage de M2R est de caractériser le rôle physiopathologique de PNPLA1 à l’aide d’épidermes humains reconstruits KO PNPLA1, produits grâce à un système innovant et performant appelé CRISPR-Cas9. Méthodologie: Les kératinocytes primaires provenant de peau de donneurs sains seront cultivés en monocouche puis repiqués en interface air-liquide pour former un épiderme in vitro. L’invalidation de PNPLA1 sera réalisée par transduction des kératinocytes en monocouche avec le système CRIPSPR-Cas9 (plasmides au format lentivirus). Le phénotype des épidermes reconstruits obtenus sera étudié par histologie, immunohistologie, coloration des lipides, et analyse de l’intégrité de la barrière épidermique. Résultats attendus: Ce projet permettra de comprendre le rôle de PNPLA1 dans le métabolisme lipidique de la couche cornée et, de façon plus générale, dans l’homéostasie épidermique. Il conduira à une meilleure compréhension de la physiopathologie des ARCI mais aussi dans d’autres formes d’ichtyoses. Enfin, il permettra pour la première fois de valider la technologie CRISPR-Cas9 dans un modèle d’épiderme reconstruit.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ETUDE COMPARANT LA PREVALENCE DES ANTICORPS ANTI-SACCHAROMYCES CEREVISIAE (ASCA) AU COURS DE L’HIDRADENITE SUPPUREE ET DU PSORIASIS EN PLAQUES

Porteur du projet : Bachelez Hervé
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, Hôpital Saint-louis
Mail du porteur projet : herve.bachelez@aphp.fr
Résumé :

Les mécanismes immunobiologiques impliqués dans la physiopathologie de l'hidradénite suppurée restent très mal compris, et l'absence de biomarqueurs de la maladie constitue également un obstacle dans ce cadre, expliquant les rapprochements souvent hasardeux avec d'autres pathologies inflammatoires comme le psoriasis.

Objectifs : etudier la prévalence des anticorps antisaccharomyces cerevisiae (ASCA) dans l'hidradénite suppurée (150 cas) en la comparant à celles du psoriasis en plaques (150 témoins) et à celle de la population générale indemne de ces 2 pathologies.

Méthodes: Dosage sérique centralisé des ASCA IgG et IgA par Elisa. Analyse de la prévalence en fonction du grade de Hurley.

Retombées attendues: démontrer l'existence de mécanismes immunobiologiques différents dans les 2 pathologies, identification d'un biomarqueur de l'HS.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

IMPLICATION DES HUMAN PAPILLOMA VIRUS (HPV) DANS LA PHYSIOPATHOLOGIE DU LICHEN CHEZ L’HOMME

Porteur du projet : Viguier Manuelle
Unité / service porteur projet : Unité Immunité Anti-Virale, Biothérapies et Vaccins (Pr Marie-Lise Gougeon), Institut Pasteur
Mail du porteur projet : manuelle.viguier@aphp.fr
Résumé :

Introduction Le lichen plan (LP) est une maladie chronique cutanéo-muqueuse, caractérisée par un infiltrat lymphocytaire T CD8+ situé sous la membrane basale, associé à une apoptose des kératinocytes basaux, suggérant une réactivité T à l’encontre d’un antigène kératinocytaire, de nature inconnue. Nous avons montré, dans une forme particulière de LP, le lichen plan érosif buccal (LPEB), que la cible antigénique des lymphocytes T CD8+ pourrait être le peptide immunodominant d’HPV 16. Objectifs Nous souhaitons tester l’hypothèse d’une implication des HPV dans les autres formes cliniques de lichen, comme le LP non érosif et le lichen scléro-atrophique et nous souhaitons, dans le LPEB, préciser le caractère fonctionnel des populations lymphocytaires T CD8+ spécifiques d’HPV16 E711-20 qui ont été identifiées au cours de cette maladie. Matériels et méthodes Des prélèvements sanguins et tissulaires seront réalisés, au moment d’une poussée de la maladie, à distance de la prise ou de l’application locale d’un traitement immunosuppresseur, chez des patients atteints de LP chronique non érosif, de lichen scléro-atrophique génital et de LPEB. Des brossages sur les lésions seront réalisés pour recherche des différents types d’HPV par PCR multiplex. Chez les patients non LPEB, une étude du répertoire du TCR des LT périphériques CD4+ et CD8+ sera effectuée en PCR quantitative et en Immunoscope. La recherche de clonotypes sera effectuée après clonage et séquençage exhaustif et leur spécificité vis-à-vis d’HPV16 E711-20 sera étudiée par dextramères. Chez les patients LPEB, nous déterminerons le caractère fonctionnel cytotoxique des LT CD8+ Vβ3+ périphériques vis-à-vis de cibles HPV et vis à vis des kératinocytes autologues par tests de cytotoxicité utilisant le 7AAD et le CMFDA avec révélation en cytométrie de flux, sans puis avec blocage préalable par un anticorps monoclonal anti-HLA-A2 ou le dextramère HPV E711-20. Résultats attendus Nous aurons identifié si les patients atteints des autres formes cliniques de lichen que le LPEB admettent également des biais impliquant la famille Vβ3 dans le répertoire du TCR de leurs lymphocytes T CD8+ périphériques et in situ. Tout en ayant étudié le portage chez ces patients d’HPV16 au niveau des sites lésionnels, nous aurons testé la réactivité vis à vis d’HPV16 des populations clonotypiques éventuellement identifiées au sein de la famille CD8+Vβ3+. Nous serons également en mesure de savoir si les clonotypes spécifiques d’HPV16, préalablement identifiés cette fois-ci dans le LPEB, sont fonctionnels et notamment vis à vis des kératinocytes autologues. L’ensemble de ces résultats contribuera à mieux comprendre la physiopathologie du lichen dans ses différentes formes cliniques et à mieux préciser le lien entre cette maladie dysimmunitaire et l’infection à HPV16. Ceci est susceptible à terme de modifier l’approche thérapeutique dans cette pathologie, qui repose actuellement essentiellement sur les immunosuppresseurs.


Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ETUDE DU TRANSCRIPTOME DES LYMPHOMES B CUTANES PRIMITIFS DIFFUS à GRANDES CELLULES DE TYPE JAMBE : COMPARAISON DES CAS MUTES MYD88 ET NON MUTES. PROJET TRANSCRIPTOMYD

Porteur du projet : Pham-Ledard Anne
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, Hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux
Mail du porteur projet : anne.pham-ledard@chu-bordeaux.fr
Résumé :

Introduction : Les lymphomes B cutanés primitifs diffus à grandes cellules de type jambe (ou membre inférieur) (LBCGC type MI) constituent une entité individualisée dans la classification OMS 2008 des tumeurs du tissu hématopoïétique, et représentent 15 à 20% des lymphomes B cutanés primitifs. Ils se distinguent des lymphomes B cutanés indolents (centro-folliculaire et de la zone marginale) par leur pronostic plus sombre avec une survie moyenne à 5 ans de 74% avec les traitements modernes, et par leur mode de présentation sous forme de tumeurs de croissance rapide chez des sujets âgés, le plus souvent sur la/les jambe(s). Leur pronostic a cependant été amélioré par l'introduction du rituximab, combiné à une polychimiothérapie adaptée à l'âge. Sur le plan moléculaire, la mutation du gène MYD88L265P, activant la voie NFκB via la voie les récepteurs Toll-like, concerne 70% des patients. Une étude rétrospective multicentrique a montré que c! ette mutation MYD88L265P était associée à un mauvais pronostic avec une survie spécifique plus courte. Objectif: Il s'agit de comparer le profil d'expression des gènes (transcriptome) d'un groupe de patient porteurs de la mutation MYD88L265P et d'un groupe de patient non mutés. Méthodologie: L'analyse sera conduite sur une collection biologique comprenant 28 patients (20 mutés, 8 non mutés). Les ARNs extraits de biopsies cutanées congelées seront analysés sur puce Affymetrix suivi d'une analyse biostatistique. Les cibles identifiées seront validées par l’étude de l’expression d’ARNm et protéique. Une corrélation sera effectuée avec les données cliniques et évolutives, et avec les résultats génétiques issus des analyses NGS effectuées sur la moitié de cette cohorte de patients (projet Exomic, F. Jardin) Déroulement envisagé: L'ensemble des analyses est prévu sur une année (extraction ARN, puces, analyse bioinformatique, validation des cibles, corrélations). Conséquences attendues: Cette approche devrait permettre d'avoir une vision globale de l'oncogenèse de ces lymphomes à la fois sur le plan génétique (séquençage nouvelle génération-projet Exomic en cours) et du profil d'expression des gènes (transcriptome). L'identification de cibles moléculaires potentiellement distinctes entre 2 groupes de patients, mais aussi leur comparaison avec les lymphomes B diffus à grandes cellules nodaux, pourrait permettre de proposer le développement d'essais cliniques de phase II basé sur des données rationnelles et solides.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

VALIDATION D’UN OUTIL EPIDEMIOLOGIQUE, L’E-COHORTE. ETUDE PILOTE DANS L’HIDRADENITE SUPPURéE

Porteur du projet : Sbidian Emilie
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, Hôpital Henri Mondor, UPEC, EA EpiDermE
Mail du porteur projet : emilie.sbidian@aphp.fr
Résumé :

Introduction. L’hidradénite suppurée (HS) est une maladie inflammatoire chronique, ayant un retentissement majeur sur la qualité de vie. Les recommandations européennes de prise en charge sont principalement basées sur des avis d’experts en raison d’un faible niveau de preuve. Les propositions thérapeutiques peuvent varier en fonction du phénotype, de la forme intermittente ou continue, de la sévérité de l’HS, du type de facteur déclenchant, de l’existence ou non de facteurs aggravants ou de maladies inflammatoires associées. Les données observationnelles sont plus pragmatiques, plus représentatives de la vraie vie qu’un essai randomisé classique et plus adaptées pour des maladies complexes telles que l’HS. L’e-épidémiologie s’est récemment développée. Il s’agit d’une méthodologie innovante qui permet un recrutement plus important et hétérogène de patients amenant une plus grande extrapolabilitéet réduit les coûts d’! tudes. L’HS est une maladie qui se prête volontiers à une évaluation par une e-cohorte : les malades sont répartis sur toute la France, sans centre de référence, la sévérité et le phénotype de la maladie peuvent être évaluée par les patients, il existe des associations de patients motivées. La mise en place à grande échelle de l’e-cohorte chez les patients HS nécessite une première étape de validation de l’outil i.e. une validation des auto-questionnaires. Objectifs. Ainsi, les objectifs de cette étude seront d’évaluer la concordance entre l’évaluation de la sévérité de l’HS et du phénotype faite par le patient et faite par le médecin. Il s’agira également d’évaluer la compréhension par les patients des auto-questionnaires afin de proposer des documents adaptés au plus grand nombre lors du lancement effectif de l’e-cohorte. Méthodes et déroulement de la recherche. Etude de validation d’un test diagnostique multicentrique! (4 centres) de recrutement prospectif. 214 patients seront in! clus pour une sensibilité de 0.85 avec une précision de 5% sur une période de 7 mois. Une visite de pré-selection (téléphonique) proposera aux patients éligibles l’inclusion dans l’étude. Le jour de l’inclusion, chacun des patients rempliera des auto-questionnaires (support photographiques) permettant de déterminer la sévérité, le phénotype de l’HS et l’existence de maladies associées. Puis, le médecin déterminera les mêmes items au cours de sa consultation en aveugle du patient. Deux visites à 6 et 12 mois seront également prévues (recueil des thérapeutiques et efficacité). La concordance entre le patient et le médecin sera évaluée à l’aide d’un test Kappa ou Blant et Altman selon le type de variables. Conséquences attendues à long terme. Validation d’un nouvel outil l’e-cohorte dans l’HS permettant l’évaluation de différentes stratégies thérapeutiques et qui pourra par la suite être appliqué à de nombreuses dermatos! es chroniques.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

MECANISMES CENTRAUX DU PRURIT CHRONIQUE : IMAGERIE CEREBRALE FONCTIONNELLE ET STRUCTURELLE

Porteur du projet : Misery Laurent
Unité / service porteur projet : EA4685/Laboratoire de Neurosciences de Brest
Mail du porteur projet : laurent.misery@chu-brest.fr
Résumé :

Des voies spécifiques, ou au moins sélectives, de la transmission du prurit ont été identifiées. Depuis la peau jusqu’au cerveau, deux voies voies existent : une voie histaminergique (classique), et une voie non-histaminergique (liée à l’activation de récepteurs PAR-2 par des sérine-protéases. Si l’urticaire relève de la première voie, la part respective de chaque voie est inconnue pour les autres causes de prurit (PAR- probable pour le psoriasis). La contribution à la perception du prurit de ces différentes régions cérébrales est au centre des recherches actuelles. Une méthode prometteuse, non invasive, pour étudier les voies de prurit avec la neuro-imagerie est d’utiliser le phénomène de 'démangeaison contagieuse' : en voyant d'autres personnes se gratter, le prurit et même parfois le grattage est induit chez l'observateur, et le réseau cérébral activé est similaire à celui qui est activé par le prurit habituellement. Dans ce projet, nous envisageons de caractériser les voies centrales du prurit chez des patients présentant différentes sortes de prurit chronique par rapport à des sujets sains, en particulier en ce qui concerne les contributions respectives des voies histaminergique (voie impliquée dans le prurit de l’urticaire) et « PAR-2-ergique » (voie impliquée dans le prurit du psoriasis). Dans la première session, une évaluation psychophysique mesurera l'intensité des démangeaisons spontanée puis en regardant des vidéos de grattage, en demandant aux participants de mesurer leur prurit toutes les 30 s avec l'aide d'une échelle visuelle analogique (EVA: 0: pas de démangeaisons à 10: démangeaisons insupportables). Dans la deuxième session, des donnés IRM seront acquises avec une machine récente 3T (Philips Achieva 3T dStream).


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ROLE DES PDC, NK ET TGAMMA/DELTA DANS L’ECHAPPEMENT DU MELANOME AU CONTROLE IMMUNITAIRE

Porteur du projet : Aspord Caroline
Unité / service porteur projet : EFS / INSERM 823 / UJF
Mail du porteur projet : carolineaspord@yahoo.com
Résumé :

Introduction et objectif Malgré une forte immunogénicité, le mélanome réussit à échapper au contrôle immunitaire anti-tumoral. Les bases d’une telle subversion de l’immunité n’ont pas encore été élucidées. La compréhension des mécanismes conduisant à l’inefficacité des réponses immunes anti-tumorales est pourtant cruciale pour élaborer de nouvelles approches thérapeutiques et potentialiser les stratégies immuno-modulatrices existantes afin d’améliorer la prise en charge clinique de ce cancer qui, à un stade avancé, reste encore un challenge. Les cellules dendritiques plasmocytoïdes (pDCs) émergent comme des acteurs cruciaux bien qu’encore énigmatiques dans le cancer. Nous avons récemment démontré que l’infiltration du mélanome par les pDCs est associée à un mauvais pronostic clinique et mis en évidence des modulations majeures de ces cellules au sein du microenvironnement tumoral qui conduisent à l’induction de réponses T de type Th2 et régulatric! es. Les « innate lymphoid cells » (ILCs), en particulier les cellules NK, et les « innate-like T cells » (ILTs), comprenant notamment les cellules Tgamma/delta, sont aussi des cellules cruciales participant à l’immunosurveillance des cancers au potentiel prometteur, mais encore peu explorées dans le mélanome. Du fait d’une extrême plasticité fonctionnelle et de leur capacité d’interagir avec les cellules de l’immunité innée et adaptative, les pDCs pourraient être au centre des mécanismes d’échappement du mélanome au contrôle immunitaire en modulant de façon subséquente les effecteurs anti-tumoraux. Objectif Notre projet consiste à élucider les conséquences de la subversion des pDCs par le mélanome sur la fonctionnalité des cellules NK et des cellules Tgamma/delta,effecteurs anti-tumoraux majeurs, dans l’optique de comprendre puis réverser les mécanismes pathogéniques conduisant à l’échappement du mélanome au contrôle immunitaire. Méthodologie Cette étude sera menée à partir de prélèvements sanguins et tumoraux de patients atteints de mélanome. Nous analyserons les caractéristiques phénotypiques et fonctionnelles des cellules NK et Tgamma/delta infiltrant le mélanome, les interactions entre les pDCs et ces effecteurs anti-tumoraux au sein du micro-environnement tumoral, et définirons la relevance clinique en réalisant des corrélations immuno-cliniques. Conséquences à long terme Ce projet permettra des retombées scientifiques et cliniques majeures : 1) identification du mécanisme d’échappement du mélanome au contrôle immunitaire, 2) proposition d’options thérapeutiques innovantes pour le traitement du mélanome, et 3) identification de facteurs pronostiques de progression tumorale.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

CARACTERISATION IMMUNOLOGIQUE ET GENETIQUE DES ERYTHRODERMIES CONGENITALES SECONDAIRES A UNE ANOMALIE STRUCTURALE DE L’EPIDERME

Porteur du projet : Bodemer Christine
Unité / service porteur projet : Unité INSERM U1163, Service de Dermatologie, Hôpital Necker, Paris
Mail du porteur projet : christine.bodemer@aphp.fr
Résumé :

Rationnel :
Longtemps suspectées, les anomalies de la barrière épidermique sont maintenant associées à une inflammation cutanée : dermatite atopique et mutations du gène de la filaggrine, cornéodesmosine et peeling skin syndrome de type B et plus récemment le syndrome SAM (Skin dermatitis, multiple Allergies and Metabolic wasting) associé à des mutations du gène de la desmogléine 1 (DSG1).
Nous avons identifié, cinq patients dont le phénotype dermatologique est comparable au syndrome SAM et avons exclu le rôle de DSG1.
Notre objectif est d’identifier le(s) gène(s) impliqué(s), les anomalies architecturales cutanées et la réponse inflammatoire anormale induites dans le cadre de ce syndrome inexpliqué. L’approche reposera sur des techniques moléculaires et immunologiques classiques et éprouvées : séquençage à haut débit (exome), PCR quantitative, restauration du phénotype par transfection du gène. Et finalement, si les voies de signalisation causales sont connues, notre but est de définir des cibles thérapeutiques pour ces enfants.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ETUDE DE L'INCIDENCE ET DE LA MORTALITE DU PEMPHIGUS EN FRANCE DE 2004 à 2013

Porteur du projet : Michaud-Vinez Charlotte
Unité / service porteur projet : Clinique de dermatologie, Centre de référence des maladies bulleuses auto-immunes, Rouen
Mail du porteur projet : charlottemichaudvinez@gmail.com
Résumé :

Introduction :
Il n'existe en France que deux études s'étant intéressées à l'incidence du pemphigus, et seulement quelques études dans le monde. De même le taux de mortalité du pemphigus est peu étudié. Les taux varient fortement entre les pays liés à de multiples facteurs notamment environnementaux. Il est donc difficile d’extrapoler les résultats à d’autres pays du monde.
Objectifs :
Notre objectif principal est d'établir le taux d'incidence du pemphigus en France. L’objectif secondaire de cette étude sera de calculer le taux de mortalité du pemphigus en France
Matériel et Méthode :
Etude épidémiologique, multicentrique cherchant à estimer le taux d’incidence et le taux de mortalité du pemphigus dans plusieurs régions Françaises entre le 01/01/2004 et le 31/12/2013. Les patients atteints de pemphigus sur cette période seront détectés grâce aux résultats d’histologie et d’immunofluorescence directe cutanée (dépôt d’IgG intercellulaire sur l’épiderme) via les compte-rendus d’anatomopathologie et d’IFD. Les cas incidents
seront confirmés par l’analyse du dossier médical. Nous analyserons leurs caractéristiques cliniques : âge, sexe, comorbidités, sévérité de la maladie puis calculerons le taux de mortalité et le taux de mortalité standardisé du pemphigus par rapport à la population générale.
Résultats attendus :
Des données précises d’incidence sont indispensables notamment pour évaluer l’impact financier potentiel des biothérapies comme les AC anti-CD20 qui pourraient être utilisés en 1ere ligne de traitement d’ici quelques années.
D’autre part, cette étude permettra de voir si l’incidence du pemphigus augmente en France comme elle semble augmenter au Royaume uni, et dans quelle proportion par rapport à l’augmentation d’incidence de la pemphigoide bulleuse.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ETUDE EX VIVO DE LA REACTION INFLAMMATOIRE (INFLAMMASOME) DANS L’HIDRADENITE SUPPUREE (MALADIE DE VERNEUIL)

Porteur du projet : Bernard Philippe
Unité / service porteur projet : Service de dermatologie, Hôpital Robert Debré, CHU de Reims, 51092 Reims cedex
Mail du porteur projet : pbernard@chu-reims.fr
Résumé :

La maladie de Verneuil ou hidradénite suppurée (HS) est une dermatose inflammatoire chronique invalidante et fréquente. L’exérèse chirurgicale large en est le traitement de référence. Cette chirurgie est cependant problématique (cicatrice inesthétique, délai de cicatrisation long, récidive) ou inapplicable (lésions multiples, topographie difficilement opérable). Le traitement médical de l’HS n’est pas standardisé. Il repose principalement sur des cures prolongées d’antibiotiques alors que l’intérêt des anti-TNFα dans cette maladie est actuellement en cours d’évaluation. Malgré sa grande fréquence et son retentissement majeur sur la qualité de vie, il persiste, à ce jour, une grande méconnaissance des mécanismes physiopathologiques directement impliqués dans la survenue de l’HS.

Cette étude aura pour objectif de mieux caractériser la réaction inflammatoire in situ d’HS avec mise en évidence de l'inflammasome et analyse de l’orientation macrophagique dans les lésions cutanées provenant d’exérèses chirurgicales, en relation avec l’implication potentielle des différentes cytokines pro-inflammatoires et notamment du TNF alpha in vivo et ex vivo.

Cette étude physiopathologique prospective, monocentrique, a reçu l’avis favorable du CPP EST I (23 janvier 2015) et de l’Agence de sécurité Nationale du Médicament (02 janvier 2015). L'originalité du projet réside dans la mise en place d'un modèle de culture de peau ex vivo permettant 1) de comparer l’expression des cytokines (sériques et cutanées) chez des patients atteints d’HS et de sujets témoins, et 2) d'étudier ex vivo et in vitro sur une période courte
l’influence des traitements (antibiotiques associés ou non à des anti-cytokines) sur l’inflammation de la peau chez les patients ayant une maladie de Verneuil. L'importance de l'inflammasome et de l'orientation phénotypique des macrophages au site lésionnel, sera analysée en fonction du type clinique de lésions cutanées : nodule inflammatoire / abcès / cicatrice fibreuse.
Deux groupes de 10 patients seront inclus dans l’étude :
- Des malades pris en charge dans le service de Dermatologie du CHU de Reims pour un HS, devant être traités chirurgicalement et acceptant de participer à la recherche.
- Des patients indemnes d’HS opérés dans l’unité de chirurgie plastique du CHU de Reims pour une plastie de réduction cutanée et ayant accepté de participer à la recherche. Les prélèvements cutanés ainsi obtenus serviront de contrôles "peau saine" pour cette étude.
Le bénéfice attendu de l’étude est collectif, applicable aux futurs patients atteints d'HS. Les résultats permettront de mieux caractériser les mécanismes inflammatoires locaux impliqués dans la survenue des lésions cutanées, dans la perspective développer à terme une stratégie thérapeutique (biothérapie) ciblée.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

ANNEXINE A1 ET DISSEMINATION DU MELANOME

Porteur du projet : Degoul Françoise
Unité / service porteur projet : UMR990, Imagerie Moléculaire et Thérapie Vectorisée, INSERM, Université d’Auvergne
Mail du porteur projet :
Résumé :

Introduction : Le mélanome cutané est le plus agressif des cancers de la peau. Une fois métastasé, les options thérapeutiques sont limitées et peu efficaces. Nous avons identifié l’annexine A1 (ANXA1) comme une protéine pro-invasive dans un modèle de mélanome murin. Lors d’une étude immunohistologique rétrospective sur deux centres (Clermont-Ferrand, Saint-Etienne), il a été observé, indépendamment de l’indice de Breslow, une corrélation inverse entre le taux d’ANXA1 dans les tumeurs primitives de 61 patients et le délai d’apparition des métastases. Cette association est due à l’implication d’ANXA1 dans les processus d’invasion. Objectif du projet : Nous chercherons moduler cette fonction pro-invasive en utilisant un anticorps bloquant dans le modèle préclinique B16Bl6. Méthodologie : Nous utiliserons une lignée B16Bl6 transfectée par la luciférase (B16Bl6-Luc) obtenue dans le laboratoire pour les études in vitro et in vivo. L’anticorps (fourni par F D’acquisto) sera testé en parallèle avec un anticorps d’isotype similaire. L’invasion in vitro sera testée par la capacité des cellules à franchir du Matrigel en chambre de Boyden. In vivo, le nombre de métastases pulmonaires secondaires à la tumeur primitive sera plus particulièrement étudié. Des études mécanistiques seront également réalisées. Nous disposons d’une caméra optique ainsi que de l’ensemble des outils nécessaires a ce projet (animalerie, culture cellulaire, analyses moléculaires) Conséquences attendues a long terme In fine, ce projet doit permettre d’étayer le rôle de la protéine ANXA1 dans les processus de dissémination du mélanome et de documenter sa capacité de cible anti-tumorale.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

IDENTIFICATION DE TRANSPORTEURS METABOLIQUES MEMBRANAIRES EN PEAU HUMAINE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

Porteur du projet : Du-Thanh Aurélie
Unité / service porteur projet : département de Dermatologie, Université de Montpellier et INSERM U1058 « Infection par le VIH et par agents à tropisme cutanéo-muqueux : de la pathogénèse à la prévention »
Mail du porteur projet :
Résumé :

Introduction : Les cellules normales et tumorales ont des statuts métaboliques différents et expriment à leur surface des transporteurs de nutriments dont les quantités et les types sont variables. Certains rétrovirus interagissent avec ces molécules pour infecter les cellules cibles par l'intermédiaire de leurs glycoprotéines d'enveloppes virales. Des dérivés protéiques ont été synthétisés à partir des domaines de liaison au récepteur (Receptor Binding Domain) de ces glycoprotéines d’enveloppes, et ont été nommés par extension « RBD ». Il est possible de suivre l'expression de tels récepteurs de surface au niveau des cellules et des tissus grâce à l’utilisation de ces RBD fusionnés au fragment Fc d'une immunoglobuline G afin d’être détectables et semi-quantifiés par immunomarquage.
Objectifs : L’utilisation de ces outils originaux et uniques sur des échantillons cutanés permettrait d’établir pour la première fois une cartographie métabolique de la peau humaine normale et pathologique. L’objectif principal est de mettre au point, sur des échantillons cutanés, le marquage en immunohistochimie (IHC) de 5 RBD fixant le transporteur de glucose GLUT1, 3 transporteurs de phosphate inorganique (PIT1, PIT2, XPR1) et ASCT2 participant au transport d’acides aminés neutres, afin d'identifier leur profil d’expression en peau humaine normale. L’objectif secondaire est d’établir et de comparer le profil
d’expression métabolique d’échantillons de peau humaine tumorale et inflammatoire pour définir des profils d’expression différentiels en fonction des pathologies étudiées.
Matériel et méthodes : La mise au point des marquages en IHC sera réalisée sur des échantillons de peau humaine normale, fixés et inclus en paraffine, provenant de résections de marges de sécurité péri-tumorales ou de résidus de plasties diverses. Les conditions de marquage ainsi définies seront reproduites sur des coupes de blocs Tissue Microarray construits à partir d’échantillons de peau humaine pathologique provenant de biopsies et/ou
d’exérèses cutanées fixées et incluses en paraffine. Ces derniers concerneront de la peau tumorale bénigne et maligne (naevus bénins et atypiques, mélanomes, mycosis fongoïde, carcinomes épidermoïdes et basocellulaires) ainsi que de la peau inflammatoire (psoriasis, lichen, lupus érythémateux, eczéma).
Résultats attendus : En cas de différence significative d'expression de certains transporteurs de nutriments selon la situation clinique, de nouvelles études pourraient définir l'utilité de ces marqueurs dans le diagnostic différentiel de dermatoses parfois difficiles à étiqueter, tant sur le plan clinique qu’anatomopathologique (dermatoses eczématiformes bénignes versus mycosis fongoïde à un stade précoce, naevus atypiques versus mélanomes). Ainsi, ce projet est innovant et porteur de nouvelles perspectives, permettant le développement de nouveaux « biomarqueurs métaboliques cutanés » pouvant contribuer au diagnostic différentiel précoce de certaines dermatoses.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/03/2015
Date de fin : 15/03/2015

MUTATIONS DANS LE GèNE ACTRT1 ET DANS DES SEQUENCES TRANSCRITES NON-CODANTE AVEC ACTIVITE « ENHANCER » DANS LE SYNDROME DE BAZEX-DUPRE-CHRISTOL ET LES CARCINOMES BASOCELLULAIRES SPORADIQUES. ACTRT1 EST UN GèNE SUPPRESSEUR DE TUMEURS DE PLUSIEURS LIGNEES T

Porteur du projet : Smahi Asma
Unité / service porteur projet : U1163 INSTITUT IMAGINE
Mail du porteur projet : asma.smahi@inserm.fr
Résumé :

Les Carcinomes basocellulaires (CBC) de la peau sont fréquent sen Europe. Il est le plus souvent sporadique mais certaines maladies génétiques à transmission mendéliennes prédisposent à une apparition précoce des CBC chez les individus atteins. C’est l’exemple du syndrome du Bazex-Duprè-Christol (SBDC). Ce syndrome est transmit selon le mode dominant lié à l’X. Le gène a été localisé en Xq24 dans notre équipe. Un premier travail a permis d’identifier que le gène ACTRT1 codant la protéine ArpT-1 est le gène majeur du SBDC et est impliqué dans les CBC. Deux insertions créant un décalage du cadre de lecture et résultant en une protéine tronquée de 25 kDa. Nous avons montré que la protéine ArpT-1 se lie à la chromatine et que la protéine de 25 kDa perd cette capacité de liaison à la chromatine. Un séquençage à haut débit de toute la région candidate de 7,5 Mb où est localisé le gène responsable du SBDC a été lancé en colla! boration avec le centre national de génotypage. Nous avons confirmé que les mutations responsables du SBDC sont localisées dans les régions inter-géniques. Nous avons dans un premier temps validé trois variations nucléotidiques localisées dans des séquences inter-géniques jusque la à fonction inconnue. Nous avons démontré que les trois séquences avaient une activité biologique de type enhancer régulant probablement l’expression du gène ACTRT1. Nous avons des résultats classant ces séquences dans le groupe des eRNA (e pour enhancer). Ce travail doit être poursuivie pour identifier les mutations dans les 7 familles atteintes du SBDC puisque les résultats bruts du séquençage à haut débit sont disponibles. D’autre Part l’expression d’ArpT-1 est abolie dans 80% des CBC sporadiques. Nous avons pour objectif d’approfondir le lien que nous avons établi entre ArpT-1 et la voie Sonic Hedgehog. Par ailleurs, nous avons montré que le gène ACTRT1 es! t un réel gène suppresseur de tumeurs et d’une façon int! ressante, il semble agir de façon non spécifique. Nous avons montré in vitro que lorsque ACTRT1 est exprimé d’une façon stable via un lentivirus-ACTRT1 que nous avons fabriqué ralentit d’une façon drastique la prolifération et l’invasion de plusieurs lignées tumorales invasives. Par des expériences de xenogreffe, ACTRT1 ralenti la progression tumorale et dans d’autre cas la bloque complètement. Nous avons pour but de rechercher par des expériences de transcriptome les voies de signalisation qui sont mis en jeu après l’expression d’ACTRT1 dans chaque cas de figure et de définir éventuellement une signature commune associée à l’inhibition de la prolifération in vitro et in vivo. Décortiquer ces voies pourrait aboutir au développement d’une thérapeutique ciblée.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

ALGORITHMEL : MISE AU POINT D’UN ALGORITHME DE REPERAGE DES PATIENTS ATTEINTS DE MELANOME STADE III-IV AU SEIN DU SNIIR-AM

Porteur du projet : Dupuy Alain
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, CHU Rennes - Pharmaco-épidémiologie Inserm CIC-1414
Mail du porteur projet : alain.dupuy@chu-rennes.fr
Résumé :

Introduction. La révolution thérapeutique actuelle dans le mélanome métastatique repose sur l’utilisation de plusieurs thérapies innovantes et coûteuses. Les approches pharmaco-épidémiologiques et médico-économiques sont susceptibles d’apporter des informations utiles pour la définition des stratégies de Santé Publique. Le SNIIR-AM, base de données médico-administrative nationale rassemblant les données de remboursement de la CNAM et les séjours hospitaliers codés selon le PMSI est une source précieuse pour ce type d’approche. ALGORITHMEL est une étude pilote visant à développer un algorithme de repérage des patients atteints de mélanome stade IV au sein du SNIIR-AM. Méthodes. Identification rétrospective d’une liste de 800 patients atteints de mélanome stade IV (+ III) par les RCP de 5 centres français. Comparaison de différents algorithmes de repérage de ces patients au sein du SNIIR-AM, basés sur des méthodes d’appariement déterministes ou probabilistes utilisant différents jeux de variables. Ce projet est proposé par une équipe ayant développé une expertise reconnue dans l’exploitation du SNIIR-AM. Résultats attendus. Si un algorithme performant parvient à être mis au point, des travaux épidémiologiques de grande ampleur sur le mélanome en France pourront être proposés à partir du SNIIR-AM, crédibilisés par les résultats cette étude pilote.


Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

ETUDE DE L’EFFICACITE DE L’AFOXOLANER, NOUVELLE MOLECULE ACARICIDE POUR LE TRAITEMENT DE LA GALE SARCOPTIQUE HUMAINE DANS UN MODELE PORCIN.

Porteur du projet : Bernigaud Charlotte
Unité / service porteur projet : Unité de Recherche Dynamyc, UPEC, EnvA, Maisons-Alfort & Créteil / Service de Dermatologie CHU Henri Mondor, Créteil
Mail du porteur projet : bernigaud.charlotte@gmail.com
Résumé :

Introduction. Avec plus de 300 millions de personnes parasitées dans le monde, la gale demeure un problème majeur de santé publique. Malgré de nombreuses publications, son traitement n’est pas optimal et les possibilités thérapeutiques restent encore limitées. L’arsenal thérapeutique en médecine vétérinaire est plus vaste et certaines molécules pourraient présenter de nouvelles alternatives pour l’homme. L’afoxolaner, nouvelle molécule de découverte très récente est à évaluer. Objectif. Nous proposons d’utiliser un modèle animal original mis en place par notre équipe pour évaluer une molécule innovante, l’afoxolaner, molécule de la famille des isoxazolines (nouveaux et puissants insecticides et acaricides). Matériels et méthodes. Des porcs seront expérimentalement infestés par Sarcoptes scabiei (variété suis). Pour amplifier l’infestation parasitaire, ils recevront une corticothérapie par dexamethasone. Le 1er groupe de 6 porcs recevra de l’afoxolaner oral (Nexgard®) à la dose de 2,5 mg/kg à J0, le 2ème groupe de 6 porcs recevra de l’ivermectine orale (Stromectol®) à la dose de 200 μg/kg à J0 et J10 et le 3ème groupe de 3 porcs sera infesté mais non traité, contrôle de l’infestation. Pour l’évaluation du traitement, le critère de jugement principal sera la vitesse de disparition des sarcoptes et l’évolution clinique. Résultats attendus. Nous évaluerons l’efficacité de cette molécule innovante, au profil pharmacologique intéressant. Son mécanisme d’action, différent de celui des lactones macrocycliques et de la pyréthrine permettrait de proposer une alternative thérapeutique en cas d’échec ou de résistance à ces molécules. Sa longue demi-vie permettrait de ne donner qu’une seule dose et de réduire les ré-infestations. Sa rapidité d’action permettant d’éradiquer les sarcoptes en quelques heures est un atout pour la lutte contre la gale, notamment lors d’épidémies. Cette molécule pourrait donc, dans un avenir plus ou moins proche, venir élargir l’arsenal thérapeutique de la gale humaine.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

IDENTIFICATION DES PRINCIPALES VOIES DE SIGNALISATION ACTIVéES DANS LE NAEVUS CONGéNITAL GéANT

Porteur du projet : Guégan Sarah
Unité / service porteur projet : Centre de Recherche Saint-Antoine, Unité INSERM UMR_S 938, Université Paris VI, Site Saint-Antoine, Paris/ Service de Dermatologie-Allergologie, Hôpital Tenon, Paris
Mail du porteur projet : sarah.guegan.bart@gmail.com
Résumé :

Introduction: Les naevus congénitaux (NC) sont des tumeurs mélanocytaires bénignes présentes à la naissance et qui peuvent poser de graves problèmes d’ordre socio-esthétique. Ces lésions comportent en outre un risque de transformation maligne en mélanome. Ce risque augmente avec la taille de la lésion et est le fait essentiellement les tumeurs géantes ou de grande taille (NCG). Hypothèses: L'hypothèse pathogénique avancée pour les NC est qu'un précurseur mélanocytaire ait, lors du développement, subi des mutations génétiques aboutissant à la prolifération clonale d'une progénie. Récemment, il a été montré à l’aide de techniques de séquençage de dernière génération (exome sequencing) qu’une mutation post-zygotique somatique de l’oncogène NRAS -sans autres anomalies génétiques surajoutées- était suffisante pour induire un NC de grande taille ou géant (NCG). Objectif principal: Caractériser les voies de signalisation affectées par la mutation NRAS dans les mélanocytes des NCG, notamment les voies des MAP kinases et PI3K ainsi que leurs gènes cibles. Tester in vitro et in vivo l’utilisation d’inhibiteurs des voies identifiées dans le but de proposer à terme l’utilisation innovante d’une thérapie intra-lésionnelle. Méthodologie et déroulement: Après signature du consentement éclairé, des prélèvements seront réalisés au sein de pièces d’exérèse de NCG. Ces échantillons tissulaires serviront aux différentes expérimentations proposées. Une partie des prélèvements servira dans un premier temps à des analyses de mini-transcriptome sur cellule unique (technologie Fluidigm) et de kinome (puces protéiques permettant de détecter les activités kinases intracellulaires). La 2e moitié des prélèvements permettra de tester différents inhibiteurs spécifiques des effecteurs des voies de signalisation en fonction des résultats obtenus. In vitro, l’effet de ces inhibiteurs sera notamment étudié sur le potentiel clonogénique, la prolifération et la migration cellulaire. In vivo, l’injection en intra-lésionnel de ces inhibiteurs sera testé sur des modèles de xénogreffes de NCG sur souris immunodéprimées. Résultats attendus : l’analyse des voies de signalisation et des gènes cibles affectées par la mutation NRAS dans les cellules naeviques pourrait permettre à terme de développer une thérapie médicamenteuse intra-lésionnelle et d’éviter les grandes exérèses chirurgicales mutilantes. Caractérisation juridique du projet: recherche non-interventionnelle Nombre de sujets nécessaires: basé sur le potentiel d’inclusion: 20 enfants atteints de NC géant ou de grande taille Critères d’inclusion: Enfants : âgés de 6 mois à 10 ans, pour lesquels une exérèse du naevus est prévue. Critères de non-inclusion: Enfants: déficits immunitaires, hémopathie maligne, cancer solide évolutif, pathologie nécessitant corticothérapie ou immunosuppresseurs.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

ETUDE DES RETRANSPLANTES RENAUX AYANT EU AU MOINS UN CARCINOME EPIDERMOïDE APRèS UNE (OU PLUSIEURS) GREFFE(S) ANTERIEURE(S)

Porteur du projet : Ducroux Emilie
Unité / service porteur projet : Unité de suivi des greffés d’organe, Service de Dermatologie, Hôpital Edouard Herriot, Lyon
Mail du porteur projet : emilie.ducroux@chu-lyon.fr
Résumé :

Introduction : Le rôle des traitements immunosuppresseurs dans l’augmentation des cancers cutanés est bien connu et le risque de carcinome épidermoïde (CE) serait multiplié par 100 chez les greffés d’organe par rapport aux groupes contrôles avec des taux de 5% de métastases et 13% de récidives locales. L’évolution des cancers cutanés après retransplantation a été très peu étudiée. La greffe rénale ayant débuté il y a près de 50 ans, de plus en plus de patients ayant eu un carcinome épidermoïde après une première greffe sont candidats à une retransplantation rénale (RTX). Il n’existe actuellement aucune recommandation documentée sur les délais d’attente entre CE et RTX et certains patients meurent encore précocement de CE métastatique après RTX car les antécédents de CE n’ont pas été suffisamment pris en considération. Dans une étude préliminaire lyonnaise sur 15 cas, il semble que le taux de CE agressif soit beaucoup p! lus élevé après RTX qu’après une première greffe puisque 5 (33%) des patients retransplantés ont refait des CE cliniquement agressifs (récidive locale et/ou métastases) en association à un mélanome (1 cas) et une maladie de Kaposi (1 cas). Objectifs : Décrire l’évolution tumorale des patients greffés rénaux ayant présenté au moins un CE après une ou plusieurs greffes et retransplantés après cet épisode afin de confirmer l’existence d’un risque élevé de lésion agressive dans les 3 ans suivant la RTX et d’identifier les facteurs de risque de CE agressif dans ce contexte sur un effectif d’au moins 70 patients avec un intervalle de confiance unilatéral de 95% Matériel et méthodes : Etude de cohorte rétrospective multicentrique d’évaluation des prises en charge thérapeutique, sans bénéfice individuel direct. Les cahiers d’observation seront remplis à partir des dossiers de dermatologie et néphrologie. Les cas sont recrutés par les membres du groupe français « Peau et Greffe d’Organe et du groupe européen SCOPE (Skin Care of Organ Transplant Patients Europe). Résultats attendus : L’étude devrait confirmer le taux élevé de CE agressif après RTX, permettre de mieux identifier les facteurs de risque des CE agressifs après RTX et de définir des lignes de conduite en particulier, des règles de contre-indication temporaire de RTX en fonction de l’histologie des CE et de l’historique de l’immunosuppression.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

OBSERVATOIRE DU MELANOME EN CHAMPAGNE-ARDENNE (OMECHA) : UN OUTIL DE SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DU MELANOME AU SERVICE DE LA RECHERCHE CLINIQUE (PERIODE 2014-2017).

Porteur du projet : Grange Florent
Unité / service porteur projet : Service de Dermatologie, Hôpital Robert Debré Av du général Koenig, 51092 Reims cedex
Mail du porteur projet : fgrange@chu-reims.fr
Résumé :

Introduction: A coté des taux d’incidence / mortalité, il existe en France et en Europe très peu de données basées sur la population concernant les caractéristiques précises des mélanomes (M) et des patients. De même, les registres généraux fournissent peu de données utiles pour des études pronostiques originales. Enfin, il n’existe que peu de liens entre les données épidémiologiques et la recherche translationnelle Objectifs: OMECHA a été créé en 2006 afin de fournir des données d’épidémiologie descriptive basées sur une population régionale française, préciser leur évolution, identifier des inégalités sociodémographiques associées aux M graves, constituer un outil d’évaluation pour des études d’épidémiologie investigative ou interventionnelle. Ces différents aspects ont été abordés dans 11 études publiées depuis 2008, dont certaines grâce à la subvention accordée par la SFD pour la période 2010-2014. La présente demande concerne la période 2015-2018, avec des objectifs renouvelés et étendus: 1 - lever l’anonymat du recueil et de la base (accord CNIL). 2 - étendre ainsi le champ d’investigation aux études pronostiques et de survie, notamment pour les projets en cours et à venir suivants : - Caractéristiques cliniques et génétiques des M des extrémités (Etudes « Melext et Melekit ») - Caractéristiques et pronostic du M du sujet jeune - Caractéristiques et pronostic des M cervico-céphaliques - Impact à long terme de l’action de sensibilisation et formation des médecins généralistes « ONCOCHAPEAU » - Evolution de la survie et approche épidémiologique des rôles respectifs de l’amélioration du diagnostic précoce et des progrès thérapeutiques au stade tardif - recueil et étude des M primitifs muqueux 3 - fournir une base épidémiologique pour des études translationnelles. Méthode: 1) Recueil nominatif et confidentiel (accord CNIL), via les laboratoires de pathologie, des compte-rendus de tous les M primitifs chez des résidents de Champagne-Ardenne (N = 2101 sur la période 2004-2013) 2) Extraction des données cliniques et anatomo-pathologiques d’intérêt, complétées selon les études par des recueils spécifiques auprès des cliniciens référents 3) Recueil des données de survie observée 4) Contrôle de qualité et requêtes auprès des pathologistes et cliniciens par un comité de pilotage multidisciplinaire (dermatologue, pathologiste, médecin de santé publique, ARC) 4) Analyses descriptives et explicatives par méthodes statistiques adaptées (logiciel SAS). Résultats attendus : environ 250 cas / an. Evolution de l’incidence globale ; de l’incidence des M épais et de la mortalité, à distance de l’action de prévention « ONCOCHAPEAU ». Survie et facteurs pronostiques des M des mains et pieds, et des M cervico-céphaliques. Caractéristiques et pronostic des M muqueux. Evolution de la survie et rôles respectifs de l’amélioration du diagnostic précoce et des progrès thérapeutiques au stade tardif. Soutien à la recherche translationnelle.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014

ETUDE PRE-CLINIQUE DE L’INHIBITION IN VIVO DE TREM-1 DANS UN MODELE MURIN DE PSORIASIS INDUIT PAR L’IMIQUIMOD

Porteur du projet : Bouaziz Jean-David
Unité / service porteur projet : INSERM UMR-S-976 « Immunologie, Dermatologie et Oncologie », Hôpital Saint-Louis, Paris
Mail du porteur projet : jean-david.bouaziz@aphp.fr
Résumé :

Situation du projet. Une étude récente chez l’homme montre que TREM-1, un récepteur exprimé par les cellules myéloides inflammatoires dermiques pourrait jouer un rôle clé dans la physiopathologie du psoriasis. Objectif du travail et originalité. La relevance in vivo de bloquer TREM-1 afin de diminuer le psoriasis n’a pas encore été testée. Nous nous proposons de voir si bloquer TREM-1 in vivo dans un modèle murin de psoriasis diminue l’intensité du psoriasis. Méthodologie. Le modèle de psoriasis utilisé sera le modèle murin de psoriasis induit par l’imiquimod. L’intensité du psoriasis sera testé chez des souris TREM-1 KO et en utilisant un inhibiteur spécifique de TREM-1. Les mécanismes immunologiques de l’effet observé seront étudiés. Les résultats préliminaires de notre laboratoire montrent que l’inhibition de TREM-1 pourrait avoir un impact significatif sur l’intensité clinique du psoriasis et diminuer l’inflammation Th1! et Th17 cutanée et systémique. Déroulement. La durée prévisible de l’étude est de 16 mois. Conséquences attendues à long terme. Les résultats de cette étude pourraient apporter un rationnel pour utiliser des inhibiteurs de TREM-1 pour le traitement du psoriasis chez l’homme.


Appel d'offre : Bourses semestrielles de recherche de la SFD
Date de début : 15/09/2014
Date de fin : 15/09/2014
Page mise à jour le -

Nos partenaires :